Soutenir les Athlètes Canadiens

Ancien(ne)s président(e)s

 

2011-2014 Erik Petursson
2008-2011 Andrew Nisker
2006-2008 Claire Carver-Dias
2003-2006 Michael Smith
2002-2003 Ian Bird
2001-2002 Greg Edgelow
2000-2001 Susanne Dandenault
1997-2000 Lori Johnstone
1996-1997 Ed Drakich
1993-1996 Ann Peel
1992-1993 Ann Peel et Dan Thompson (provisoire)

 

ERIK PHOTO

2011-2014: Erik Petursson (Plongeon)

Après une carrière sportive de 15 ans au plongeon du tremplin et au plongeon de haut-vol, M. Erik Petursson a rejoint le conseil d’administration d’AthlètesCAN à nouveau pour se dévouer à la cause du sport en contribuant au système sportif canadien.

M. Petursson fut membre de l’équipe nationale de plongeon de 2003 à 2007 (tremplin de 3 m et de 10 m), il fut champion national au tremplin d’un mètre, et trois fois membre de l’équipe des Jeux FISU. M. Petursson a étudié à la Louisiana State University (LSU) de 1997 à 2002. Il a obtenu son baccalauréat en commerce international et en finances avec mineure en psychologie. M. Petursson fut récipiendaire du prix et de la bourse Boyd McWhorter octroyés au meilleur étudiant-athlète de la LSU pendant qu’il terminait son MBA (finances) en 2002.

M. Petursson est l’ancien président du Conseil des athlètes de Diving Plongeon Canada et fut membre du conseil d’administration d’AthlètesCAN en 2006-2007.

M. Petursson vit à Calgary et occupe le poste de directeur des risques financiers chez ARC Resources Ltd, un commanditaire du Centre canadien multisport Calgary. Dans ses temps libres, il pratique le vélo de montagne et le ski.

2008-2011: Andrew Nisker (Tennis)

Après avoir reçu une bourse d’études de tennis de l’Université Vanderbilt, Andrew a remporté les Championnats SEC en simple et fut nommé meilleur étudiant-athlète finissant de la région Sud-Est du NCAA. Après ses études, Andrew a entamé une carrière de tennis professionnel pendant laquelle il a fait partie de l’équipe de la Coupe Davis en 2002. Il a également joué avec Frank Dancevic en 2002 pour atteindre la seizième de finale duTennis Masters Series Event à Toronto et il a représenté le Canada aux Jeux panaméricains de 2003.

Après avoir quitté le tennis, Andrew a obtenu son LL.B/M.B.A. de l’école de gestion Ivey à l’Université Western Ontario. Il est avocat de la couronne. Il représente le gouvernement fédéral au Service des poursuites pénales du Canada à Toronto.

Andrew habite à Toronto et il aime passer du temps avec son épouse Sarah, son bébé Mack et son chien, Cheese.

2006-2008: Claire Carver-Dias (nage synchronisée)

Claire Carver-Dias, qui travaille comme consultante en communications chez Clearday Communications et mentor de cadres chez Impact Consulting, compte dix années d’expérience en présentations d’entreprise. Elle se spécialise en évaluations et en mentorat de l’efficacité collective en tirant profit de son expérience d’olympienne et de propriétaire d’entreprise pour aider des groupes de sociétés à atteindre leurs objectifs opérationnels.

Avant d’intégrer le monde des affaires, Claire connut une carrière de quinze ans en sport de haut niveau qui lui rapporta une médaille de bronze aux Olympiques, deux médailles d’or aux Jeux du Commonwealth, deux autres médailles d’or aux Jeux panaméricains et plus de trente médailles en compétition internationale.

Claire a siégé au conseil d’administration de l’Association canadienne des entraîneurs, au comité des sports du Conseil des Jeux du Canada et au comité d’évaluation des candidatures de Jeux du Commonwealth Canada et a aussi travaillé comme présentatrice de l’Association de l’équipe Esteem et des Champions de l’air pur.

Claire est bilingue et a publié un bon nombre de ses écrits. Elle détient un baccalauréat ès arts avec distinction que lui a décerné l’Université de Toronto et une maîtrise en anglais obtenue à l’Université McGill. Elle prépare actuellement un doctorat en communications anglaises.

Aujourd’hui, Claire réside à Oakville avec son époux et ses deux filles.

2003-2006: Michael Smith (lutte)

Michael Smith, un athlète maintenant à la retraite, a pratiqué la lutte. Il fut membre de l’équipe nationale du Canada de 1995 à 2001 et représenta le pays aux épreuves des Championnats du monde et du Championnat panaméricain en plus d’agir comme remplaçant au sein de l’équipe olympique canadienne en 1996.

Son amour de la lutte n’ayant d’égal que son amour du droit, Michael obtint un baccalauréat ès arts à l’University of Western Ontario et déménagea ensuite à Winnipeg pour compléter ses études de droit à l’Université du Manitoba. Il continua à représenter le Canada en lutte de compétition tout en fréquentant la faculté de droit.

En 2001, il constata aisément qu’il ne pourrait en même temps compétitionner et assurer la viabilité d’un bureau d’avocats et abandonna donc la compétition active pour se consacrer à une carrière en droit à Ottawa (Ontario), sa ville natale. Il se joignit au cabinet d’avocats Lewis Langevin LLP et, cinq ans plus tard, devint associé du cabinet maintenant appelé Langevin Morris Smith LLP. Ses domaines de pratique comprennent les procès criminels et civils ainsi que le droit de l’administration des sports.

Bien qu’il ait renoncé à la compétition active, Michael continua à s’occuper du sport qui lui avait permis d’étudier le droit en assumant le poste bénévole d’entraîneur en chef du National Capital Wrestling Club – le club où il avait appris les rudiments de son sport. Il y œuvre encore et aide de jeunes athlètes à réaliser leurs rêves. Durant ses neuf dernières années au NCWC, il a contribué au développement de plusieurs athlètes accomplis qui sont devenus membres de l’équipe nationale.

Michael a pu combiner efficacement son expérience d’athlète et ses connaissances en droit et mettre ses talents au service des athlètes canadiens en agissant comme avocat des athlètes lors de nombreuses compétitions majeures. Collectivement, il a représenté les athlètes à tous les jeux multisports de grande envergure, notamment aux Olympiques, aux Jeux panaméricains de même qu’aux Jeux du Commonwealth, de la Francophonie et du Canada. En plus des fonctions qu’il exerça à ces divers jeux, il servit d’avocat-conseil auprès d’athlètes et d’entraîneurs individuels au niveau provincial et géra des appels par le truchement du Centre de règlement des différends sportifs du Canada (CRDSC).

Tout dernièrement, Michael fut désigné chef d’équipe – Services aux membres de l’équipe en vue des Jeux du Commonwealth de 2010 à Delhi (Inde). En mai 2009, il fut nommé au conseil d’administration du CRDSC par le ministre d’État aux sports.

2002-2003: Ian Bird (hockey sur gazon)

Ian, qui participa deux fois aux Olympiques en hockey sur gazon, s’est consacré ces 9 dernières années à des fonctions en leadership professionnel et bénévole auprès d’organismes sportifs canadiens de premier plan. Il est actuellement chef principal du Groupe le Sport est Important, un regroupement bénévole d’organismes nationaux, provinciaux et communautaires qui font la promotion de l’innovation et collaborent à des projets de politique publique visant le sport et l’activité physique au Canada.

Ian grandit à Vancouver Nord et commença à jouer au hockey sur gazon à l’âge de six ans. Il fut repêché par l’équipe nationale en 1988, juste à temps pour disputer les Olympiques de Séoul mais, à ses débuts olympiques, il heurta un adversaire de plein fouet et perdit conscience. Les crises épileptiques et éclipses mentales imprévisibles qui s’ensuivirent le forcèrent à abandonner son sport en 1991 mais, cinq ans plus tard, il revint au jeu et aida l’équipe nationale à terminer parmi les dix premières dans plusieurs compétitions internationales menant aux Olympiques de 2000, remportant même la médaille d’or aux Jeux panaméricains de 1999. À Sydney, le Canada termina au 10e rang et Ian prit sa retraite définitive peu de temps après.

Ian acquit une première expérience à titre d’athlète leader à la fin des années 90 lorsqu’il commença à partager les responsabilités de représentant des athlètes avec un de ses coéquipiers. Le milieu sportif présentait alors de multiples défis et opportunités aux athlètes et, au dire d’Ian, les membres de son équipe voulaient s’assurer de ne pas en être exclus.

Après sa retraite en 2000, Ian décida de déménager à Ottawa pour diriger la nouvelle initiative nationale élargie de l’équipe Esteem (une initiative qu’on avait d’abord lancée en Colombie-Britannique). Il gravit les échelons jusqu’au poste de PDG de cet organisme et, par la suite, devint directeur administratif d’Entraîneurs du Canada. Il a aussi œuvré au comité consultatif du programme de Développement international par le sport de Jeux du Commonwealth Canada, à Motivate Canada, au Forum des politiques publiques, à SportWeb Canada et à Imagine Canada.

Puisqu’il aime établir des liens entre la communauté des athlètes et le monde politique, Ian fut membre des comités consultatifs des ministres du Sport Denis Coderre et Paul DeVillers et participa activement à la création du Groupe le Sport est Important (SMG), dont il est chef principal depuis 2005.

Ian est président du conseil d’administration de Motivate Canada (l’ancienne Association de l’équipe Esteem) et occupe un poste d’administrateur au Forum des politiques publiques et chez Imagine Canada.

Ian demeure à Chelsea (Québec) avec son épouse, son fils et ses deux filles.

2001-2002: Greg Edgelow (lutte)

Greg est un lutteur de style libre à la retraite qui réside maintenant à Whitehorse (Yukon) et dont la carrière en compétition couvrit quatre décennies. Il représenta le Canada aux Olympiques d’été de 1992 à Barcelone (Espagne) en plus de gagner une médaille de bronze aux Jeux de la Bonne Volonté de 1990 à Seattle, deux médailles de bronze aux Jeux panaméricains de 1991 à La Havane (Cuba) et une médaille d’or aux Jeux du Commonwealth de 1994 à Victoria. Il fut couronné champion canadien senior à six reprises après avoir été proclamé champion dans les catégories juvénile et junior et champion collégial national. Dans l’histoire des Jeux de la Bonne Volonté, Greg demeure le seul Canadien à avoir remporté une médaille en lutte. Il décrocha son dernier titre national en 1998 et représenta alors le Canada aux Championnats du monde à Téhéran (Iran). En 1999, on lui décerna le Prix du leadership sportif canadien pour célébrer ses réalisations remarquables en tant qu’athlète et bénévole, le préférant à ses collègues finalistes Wayne Gretzky et Brian Stemmle, le skieur alpin. On l’a aussi proclamé remarquable ancien de l’Université Simon Fraser de Burnaby (Colombie-Britannique).

Actuellement, Greg occupe le poste de directeur général du Yukon Aboriginal Sport Circle à Whitehorse. Au cours des dix-sept dernières années, il a œuvré dans le secteur canadien du sport et du tourisme, agissant comme membre de neuf conseils d’administration et de quarante-sept comités. Il fut conférencier motivateur à la Parade des Nations des Jeux autochtones de l’Amérique du Nord (JAAN) de 1997, membre du personnel de mission de l’équipe de la Colombie-Britannique aux JAAN de 2006 et chef de mission adjoint aux JAAN de 2008. En 1996, il constitua à l’Université Simon Fraser un programme de bourses d’études par dotation qui vaut maintenant plus de 25 000 $ et qui a procuré une aide financière à plus d’une douzaine de lutteurs universitaires depuis sa création.

2000-2001: Susanne Dandenault (haltérophilie)

Susanne fut proclamée championne nationale d’haltérophilie à neuf reprises (catégorie des 75 kg et plus) et fut membre de l’équipe nationale pendant huit ans. Non seulement fut-elle la première Canadienne et la troisième Nord-Américaine dans l’histoire de son sport à lever 300 lb à l’épaulé-jeté mais elle détient aussi le record canadien à l’arraché (105,0 kg), à l’épaulé-jeté (136,5 kg) et au résultat total (237,5 kg). En tout, elle parvint à établir quatorze records canadiens durant sa carrière. Elle compétitionna aux Jeux panaméricains de 1999 et de 2003, se classant chaque fois au 5e rang, termina 4e aux Jeux du Commonwealth de 2002 et disputa le Championnat du monde en 1998-1999 et en 2001-2003. En plus de ces exploits, elle a décroché deux médailles de bronze au Championnat national senior d’athlétisme dans l’épreuve du disque.

Susanne détient deux baccalauréats ès arts (en psychologie et en études environnementales) décernés par l’Université du Washington et un diplôme en droit obtenu à l’Université du Manitoba. Elle est actuellement en congé de maternité de son poste de conseillère juridique interne chez Paterson GlobalFoods Inc., une entreprise de Winnipeg, et continue à travailler comme conférencière motivatrice. Elle a déjà exercé les fonctions de représentante des athlètes et de membre du conseil d’administration du Centre de règlement des différends sportifs du Canada, de présidente de l’Association d’haltérophilie du Manitoba et de coprésidente des Jeux autochtones de l’Amérique du Nord de 2002, section Sport et compétition.

Susanne vit à Winnipeg avec son époux, Richard Mason, et ses deux enfants, Nash, un garçon âgé de deux ans, et Reese, une fillette de huit mois.

1997-2000: Lori Johnstone (racquetball)

Lori s’est occupée activement de sport et d’activité physique durant la majeure partie de sa vie en tant que participante, athlète, entraîneure/instructrice, bénévole, intervenante, leader et professionnelle. Après avoir touché à de nombreux sports comme participante et compétitrice, elle se concentra sur le racquetball, remportant le championnat national et participant au programme de l’équipe nationale de Racquetball Canada de 1989 à 1996. Elle continua à se consacrer à son sport après une blessure au coude droit qui l’avait forcée à la retraite en apprenant d’elle-même à jouer de la main gauche, si bien qu’elle renoua avec le succès en racquetball de calibre national. En outre, elle œuvra comme représentante des athlètes de son équipe et fut élue au conseil d’administration d’AthlètesCAN en 1993, y exerçant plus tard les fonctions de vice-présidente (de 1995 à 1997) et de présidente du conseil (de 1997 à 1999). Elle siégea aussi au Conseil des athlètes de l’Association olympique canadienne de 1997 à 1999.

Tout en assumant ses mandats chez AthlètesCAN, Lori œuvra au sein de nombreux conseils d’administration et comités, dont le comité national de certification des entraîneurs et le Comité d’examen des services du sport de Sport Canada. En outre, elle se chargea de défendre le point de vue des athlètes lorsqu’elle collabora avec de nombreux organismes sportifs multiservices, dont Jeux du Commonwealth Canada, le Centre canadien pour l’éthique dans le sport, le Comité olympique canadien, le Cercle sportif autochtone, l’Association canadienne pour l’avancement des femmes, du sport et de l’activité physique, l’Association canadienne des entraîneurs professionnels, l’Association canadienne des entraîneurs et le réseau des centres nationaux du sport et de Sport Canada.

Lori accomplit des études universitaires à Calgary, à Ottawa et à Montréal. Elle détient un baccalauréat ès arts obtenu à l’Université Concordia (Département des sciences sociales appliquées) où elle fut reconnue pour sa première place parmi les diplômés de son département. Par la suite, elle compléta un programme intensif d’immersion en français à l’Université du Québec à Chicoutimi. Elle travaille actuellement comme analyste des politiques à la Direction du Mieux-être du ministère du Mieux-être, de la Culture et du Sport du Nouveau-Brunswick. En sport, elle a exercé une variété de fonctions, dont celles de coordonnatrice de l’entente bilatérale sur le développement du sport entre le Canada et le Nouveau-Brunswick, de conseillère spéciale de Denis Coderre, ancien secrétaire d’État au Sport amateur, de première directrice des services aux athlètes du Centre canadien multisport Atlantique, de coordonnatrice du programme national de Racquetball Canada et de professionnelle de club et entraîneure au racquetball.

Lori fut reconnue de diverses manières pour ses contributions au monde du sport. Elle fut désignée l’une des femmes les plus influentes en sport par l’ACAFS en 2000 et, la même année, le Globe and Mail la considéra comme l’un des dix premiers leaders « en coulisse » du sport canadien. En 2001, à la remise des Prix sportifs canadiens à Toronto, on lui attribua le Prix commémoratif Johnny F. Bassett qui consacrait son dévouement et son travail au nom des athlètes de tout le pays (après l’avoir désignée finaliste en 2000). En 2001 également, au Championnat canadien de son sport, on la récompensa pour ses efforts en lui accordant le Prix Ivan Velan, le plus prestigieux honneur décerné par Racquetball Canada. L’année suivante, son nom fut inscrit au Mur de la renommée sportive de sa communauté natale (Oromocto, au Nouveau-Brunswick). En 2005, au 13e Forum annuel d’AthlètesCAN, on lui attribua le tout premier Prix Leadership pour témoigner de ses contributions à l’association et aux athlètes du Canada. En 2006, à la remise des Prix sportifs canadiens, elle se vit décerner le Prix de leadership athlétique Bruce Kidd, un honneur soulignant la contribution appréciable qu’une personne a fournie au sport toute sa vie durant à titre de leader, de porte-parole et d’agent de changement.

Lori continue d’offrir de son temps à AthlètesCAN, fait partie des conseils d’administration de la Fondation Sport pur et de Sport Nouveau-Brunswick et siège comme membre à titre personnel auprès de Jeux du Commonwealth Canada. Elle parvient à respecter ces engagements tout en se dévouant à ses deux jeunes enfants et à sa famille qui constituent sa toute première priorité à ce stade de sa vie. Dans tout ce qu’elle entreprend sur les plans personnel et professionnel, elle cherche résolument à créer et à maintenir le meilleur environnement qui soit pour favoriser une pratique sportive fondée sur des valeurs saines, une participation accrue et la poursuite de l’excellence.

1996-1997: Ed Drakich (volley-ball de plage)

Ed, un ancien membre des équipes nationales de volley-ball intérieur et de volley-ball de plage, est né à Windsor (Ontario) et a grandi à Toronto. Il fut initié au volley-ball tôt dans sa vie puisque sa mère, une ancienne joueuse de l’équipe nationale en salle, et son père, un entraîneur et joueur, l’amenèrent presque toutes les fins de semaine aux terrains de volley-ball de plage de la Ville reine. Il y excella au point d’occuper un poste dans l’équipe de volley-ball de l’Université de Toronto de 1981 à 1985 et dans l’équipe nationale en salle de 1985 à 1988 avant de passer à l’équipe nationale de volley-ball de plage dont il fut membre de 1989 à 1996. Il disputa l’épreuve du volley-ball de plage aux Olympiques de 1996 à Atlanta.

Ed, un diplômé en génie chimique de l’Université de Toronto, fut pendant plusieurs années directeur technique de Volleyball Canada. Il est récemment retourné à son alma mater où il travaille maintenant comme instructeur sportif et entraîneur en chef de l’équipe masculine de volley-ball. Il a déjà œuvré comme directeur du volley-ball de plage et directeur technique de l’Association de volley-ball de l’Ontario et comme superviseur technique de la FIVB en volley-ball de plage. Il a aussi agi comme directeur des tournois de divers circuits mondiaux de volley-ball de plage et est l’auteur des manuels techniques de volley-ball de plage des niveaux 2 et 3 du PNCE.

Ed a acquis une expérience très diverse en leadership sportif, notamment comme fondateur et président de la Canadian Beach Volleyball Players’ Association, membre du conseil d’administration du Conseil canadien des sciences et de la médecine du sport, membre du comité de candidature de Toronto en vue des Jeux olympiques de 2008, vice-président de la Fondation pour les athlètes et l’entraînement sportif et membre du conseil d’administration de la Sport Alliance of Ontario. Il siège actuellement au conseil d’administration du Centre canadien multisport Ontario.

1993-1996: Ann Peel (athlétisme)

Ann fut membre de l’équipe nationale d’athlétisme pendant treize ans et monta sur le podium en compétition internationale de marche. Après avoir obtenu son diplôme de droit à l’Université de Toronto et avoir travaillé huit ans comme avocat, elle passa au monde des associations sans but lucratif en 1996 en devenant directrice administrative d’Au nom de nos enfants; elle œuvra ensuite chez Right to Play lorsque cet organisme jusqu’alors appelé Olympic Aid opéra une transition pour se consacrer activement à la prestation de programmes. Plus tard, elle occupa le poste de directrice de la responsabilité sociale d’entreprise chez Magna International. Elle travailla ensuite quelques années comme expert-conseil et, aujourd’hui, elle occupe le poste de directrice de l’Institut du Collège Havergal, une école indépendante pour filles de Toronto.

En tant que coprésidente fondatrice d’AthlètesCAN (avec Dan Thompson), Ann lutta pour que les athlètes puissent faire entendre leur voix. Elle conçut et mit en œuvre un programme d’aide juridique bénévole pour athlètes en partenariat avec des cabinets d’avocats et la Faculté de droit de l’University of Western Ontario et, encore aujourd’hui, la Solution Sport demeure le premier service d’aide juridique auquel recourent la plupart des athlètes. Ann élabora aussi une stratégie de communications visant à servir les membres de l’association (les téléphones cellulaires Bell qui jouissent encore d’une très grande popularité) et à faciliter la défense de leurs intérêts et elle offrit une formation en leadership aux athlètes désireux d’agir comme représentants de leurs collègues athlètes. Durant ses quatre premières années, alors qu’Ann et Dan furent ses coprésidents, AthlètesCAN réussit aussi à faire augmenter les prestations du programme de financement PAA de Sport Canada pour la première fois depuis que ce programme avait été instauré et obtint le droit pour les athlètes de reporter leur bourse de scolarité jusqu’après leur retraite. AthlètesCAN est maintenant une participante intégrée du système sportif canadien en sa qualité de porte-parole reconnue des athlètes du pays.

Puisqu’elle a parlé au nom du sport féminin et des athlètes, Ann figure dans de nombreux livres portant sur la chose sportive, dont Who’s Who in Canadian Sport, Celebrating Excellence, écrit parWendy Long, Winners & Losers deJill LeClair et la Face cachée des Jeux olympiques d’Andrew Jennings. En outre, elle a livré des communications sur des sujets liés au leadership des athlètes et au sport dans la communauté dans le cadre de diverses conférences tenues à l’Université de Toronto, à l’Université York, à la Northeastern University, à la Duke University et ailleurs.

Ann siège actuellement au conseil d’administration de l’Association des anciens de l’Université de Toronto et de la Fondation pour les athlètes et l’entraînement sportif en plus de participer activement au CAN Fund qui appuie les olympiens canadiens. Elle enseigne aussi le ski de fond à des enfants à Hardwood Hills, près d’Orillia.

Ann a deux fils, Michael et Andrew.

1992-1993: Dan Thompsom (natation)

Coprésident par intérim avec Ann Peel (dont la biographie figure ci-dessus)

Dan Thompson connaît bien le sport. Pendant sept ans, soit à la fin des années 70 et durant les années 80, il fut membre de l’équipe nationale de natation du Canada. Il remporta l’or au 100 m papillon aux Jeux du Commonwealth de 1978 et de 1982, participa à deux Championnats du monde et fut membre de l’équipe olympique canadienne de 1980 qui boycotta les Jeux de Moscou.

En 1981, Dan compléta ses études à l’Université de Toronto où il mérita un baccalauréat ès sciences (éducation physique et sanitaire) avant d’entamer une carrière en marketing. Pendant 25 ans, il occupa divers postes en ce domaine, le plus récent d’entre eux chez MacLaren McCann Inc., l’un des plus importants cabinets de marketing intégré du Canada. Chez MacLaren, Dan fut président du momentum et, à ce titre, il dirigea le développement de programmes de marketing expérientiel et de programmes de commandites intégrés pour certaines des plus grandes entreprises du pays.

Même si sa carrière de nageur de compétition était bel et bien terminée, Dan retourna au monde du sport en 2004 pour aider à la reconstruction du programme sportif qu’il aimait à titre de président bénévole de Natation Canada. Il occupa ce poste pendant quatre ans et, aujourd’hui, il agit comme vice-président de l’organisme.

En 2007, il se joignit au programme caritatif Bon départ de Canadian Tire pour en assumer la présidence. À ce titre, il a employé son sens aigu du sport et des affaires pour développer une marque forte et un système d’exécution de programme qui fait ses preuves. Bon départ de Canadian Tire offre à des enfants financièrement défavorisés âgés de 4 à 18 ans l’occasion de participer à des activités sportives et récréatives organisées. Le programme compte maintenant 279 sections et a aidé plus de 176 000 jeunes de partout au pays à « se mettre de la partie ».

Dan vit à Aurora (Ontario) avec son épouse et ses deux filles qui s’adonnent activement au sport comme nageuses de compétition.


Canadian Website Hosting provided by Port 80 Solutions