Les athlètes du Canada s’expriment au sujet du dopage en Russie

AthletesCAN

OTTAWA (22 juillet 2016) – Lundi, le monde a pris connaissance, dans le rapport McLaren, de preuves médicolégales et analytiques confirmant au moins trois allégations publiées en mai dans le New York Times et révélant plusieurs autres détails sur une période de 4 ans durant laquelle ont été menées des manoeuvres de dissimulation de dopage encouragées par l’État. Comme le reste du monde, AthlètesCAN fut indignée de constater l’ampleur du dopage systémique au sein du programme russe et attristée des actes de ceux et celles qui y ont participé.

Des mesures ont maintenant été prises par nombre d’intervenants, dont l’AMA et plusieurs organisations nationales antidopage, en vue de réclamer l’exclusion globale de la Russie et de tous athlètes russes des Jeux olympiques et paralympiques de 2016 à Rio. Dans un contexte où des preuves établissent que le Code de l’Agence mondiale antidopage (AMA) est bafoué, nous comprenons pareille réaction.  

AthlètesCAN croit au sport propre. Nous reconnaissons les principes fondamentaux de l’olympisme et estimons que le dopage en sport est une grave violation de ces principes.   

En sa qualité d’association indépendante des athlètes des équipes nationales du Canada, AthlètesCAN apprécie les diverses opinions de ses membres sur des questions importantes et s’engage pleinement à présenter fidèlement leurs points de vue relativement à la participation de la Russie aux Jeux d’été de 2016 à Rio.  

Après avoir examiné le rapport McLaren, AthlètesCAN a envoyé aux athlètes de nos équipes nationales un courriel assorti d’un lien donnant accès à un sondage où ils offriraient leurs commentaires sur ce qu’ils pensent actuellement de l’environnement sportif en matière de dopage et se prononceraient pour ou contre l’exclusion complète de la Russie des Jeux d’été de 2016 à Rio.

Tout comme des contraintes de temps ont influé sur le contenu final du rapport McLaren, nous estimons que ceci ne donne qu’un aperçu des opinions des athlètes du pays sur cette question importante. Dans un délai de 36 heures, nous avons recueilli l’avis de 248 athlètes, dont 149 qui compétitionnent actuellement au sein de nos équipes nationales séniors et sont directement touchés par les faits et gestes d’autres athlètes dans leur quête sportive. Parmi eux, 40 ont confirmé qu’ils s’étaient qualifiés pour les Jeux olympiques et paralympiques de 2016 et s’attendaient à y compétitionner alors que 107 avaient déjà compétitionné à des Jeux de grande envergure avant cet été. Dans les données qui suivent, nous insisterons sur les réponses des athlètes de nos équipes nationales séniors.  

FAITS SAILLANTS DU SONDAGE

  • À la question de savoir s’ils croyaient compétitionner dans un environnement exempt de dopage lorsqu’ils participent à des épreuves internationales, les athlètes se sont divisés, 50 % d’entre eux répondant OUI et 50 %, NON;
  • quand on a demandé aux athlètes s’ils croyaient que d’autres nations se livrent ou sont soumises à un dopage systématique dans leur sport, 63 % ont répondu OUI;
  • à la question de savoir si une réforme du système antidopage actuel doit être menée pour garantir que les mesures et pratiques antidopage sont équitables, efficaces, indépendantes et sujettes à reddition de compte au niveau international, 84 % des athlètes ont répondu OUI (109 répondants sur 130);
  • quand on a demandé aux athlètes d’indiquer l’élément prioritaire d’une telle réforme, 95 % (102 des 107 répondants) ont choisi le travail d’application et de surveillance de l’AMA relativement à la mise en oeuvre de son Code et des programmes nationaux antidopage par les organisations nationales antidopage.

EXCLURE ou NE PAS EXCLURE… voilà la question

Nous avons proposé aux athlètes une gamme d’options multiples visant la participation de la Russie aux Jeux de 2016 à Rio et la possibilité d’une exclusion complète du pays. Les résultats suivants ont été obtenus.

En faveur d’une exclusion complète de la Russie des Jeux d’été de 2016 à Rio

  • 47 athlètes en tout ont appuyé une exclusion complète de la Russie soit des Jeux olympiques, soit des Jeux paralympiques de 2016 à Rio;
  • 32 athlètes ont appuyé une exclusion complète de la Russie des Jeux tant olympiques que paralympiques de 2016;
  • 15 athlètes ont appuyé l’exclusion complète de la Russie des SEULS Jeux olympiques de 2016;
  • 1 athlète a appuyé l’exclusion complète de la Russie des SEULS Jeux paralympiques de 2016.

En faveur de la participation conditionnelle des athlètes russes aux Jeux d’été de 2016 à Rio

  • 73 athlètes ont indiqué qu’ils appuieraient la participation des athlètes russes si ceux-ci se soumettaient à des tests obligatoires avant, durant et après les Jeux (en plus des exigences actuelles du système antidopage);
  • 15 athlètes ont signalé qu’ils appuieraient la participation des athlètes russes aux Jeux conformément aux exigences actuelles du système antidopage.

Contre l’exclusion complète de la Russie des Jeux d’été de 2016 à Rio

  • 50 athlètes ont indiqué qu’ils n’appuieraient pas une exclusion complète de la Russie des Jeux olympiques et paralympiques de 2016 à Rio.

En faveur d’exclusions partielles

  • 53 athlètes ont signalé qu’ils appuieraient les décisions individuelles des fédérations sportives internationales d’exclure des sports spécifiques;
  • 62 athlètes ont indiqué qu’ils appuieraient la décision d’exclure des Jeux olympiques de 2016 à Rio les 3 sports où on avait noté le plus grand nombre de violations des règles antidopage (VRAD) selon lesstatistiques de l’AMA figurant dans le plus récent rapport des VRAD (athlétisme, haltérophilie et cyclisme).   

Comme les décisions du CIO et du CIP sont imminentes, AthlètesCAN continuera de lutter pour un sport propre tout en veillant à ce que les droits de nos athlètes et d’autres athlètes propres soient protégés durant ce processus.

AthlètesCAN, l’association des athlètes des équipes nationales canadiennes, est le seul regroupement d’athlètes au pays qui soit totalement indépendant et aussi le plus inclusif, en plus d’être le premier organisme en son genre dans le monde. En tant que porte-parole collectif des athlètes des équipes nationales du Canada, AthlètesCAN s’assure que le système sportif est centré sur l'athlète en formant des athlètes leaders qui influencent les politiques du sport et qui, en tant que modèles de comportement, inspirent une solide culture sportive.

Pour obtenir plus d’information sur les points de vue et la position d’AthlètesCAN et de ses membres, veuillez communiquer avec :

Ashley LaBrie
Directrice générale
AthletesCAN
[email protected]